Le projet au bac

PROJET

Les projets réalisés par les élèves, sous la conduite du professeur, constituent un apprentissage fondamental tant pour la compréhension de l’informatique et des sciences du numérique que pour l’acquisition de compétences variées. Ils peuvent porter sur des problématiques issues d’autres disciplines et ont essentiellement pour but d’imaginer des solutions répondant à l’expression d’un besoin. Les compétences mises en jeu au cours du développement d’un projet peuvent être regroupées ainsi :

  • proposer une approche fonctionnelle qui réponde aux besoins ;
  • conduire des recherches documentaires ;
  • concevoir des programmes en autonomie ;
  • gérer les étapes de l’avancement du projet en dialogue et en interaction avec le professeur.

Les activités des élèves sont organisées autour d’une équipe de projet formée de deux ou trois élèves et dont le fonctionnement est guidé par une démarche incluant des points d’étape pour faire un bilan avec le professeur, valider des éléments, contrôler ou modifier l’avancement du projet, voire le redéfinir partiellement. L’enseignant veille à ce que les projets choisis par les élèves restent d’une ambition raisonnable afin de ne pas empiéter sur le temps consacré aux autres disciplines. Un projet mené durant la seconde partie d’année permet de mettre en œuvre les savoirs et capacités acquises et donne lieu à un rapport écrit d’une dizaine de pages au maximum. Au long de l’année, l’évaluation du travail de l’élève s’appuie sur les capacités mentionnées ci-dessous, sans nécessairement les mettre toutes en jeu.

Objectifs de l’épreuve :

L’épreuve d’évaluation de l’enseignement de spécialité informatique et sciences du numérique a pour objectif d’évaluer les compétences du candidat en lien avec le programme correspondant. Modalités de l’évaluation Cette évaluation se déroule pendant le temps scolaire dans l’établissement de formation du candidat et dans une salle munie d’un dispositif permettant la projection de documents informatiques. La commission d’évaluation est composée d’un professeur ayant suivi et formé l’élève pendant l’année et, dans la mesure du possible, d’un autre enseignant n’ayant pas été associé à l’enseignement de spécialité suivi par le candidat.

Structure de l’épreuve :

Durée : 20 minutes maximum                Coefficient : 2              Notée sur 20 points

À la date fixée par le professeur chargé de l’enseignement d’informatique et sciences du numérique, le candidat se présente à l’entretien muni de son dossier-projet. Celui-ci sert uniquement de support à l’épreuve et n’est pas évalué en tant que tel. L’épreuve est composée de deux parties qui se déroulent consécutivement.

Première partie – Évaluation d’un projet et soutenance orale

Durée : 8 minutes maximum                  Notée sur 8 points

Le candidat effectue une présentation orale de son projet, d’une durée maximale de 8 minutes, pendant laquelle il n’est pas interrompu. Il s’appuie pour cela sur un dossier-projet de 5 à 10 pages, hors annexes, élaboré à l’aide de l’outil informatique. Ce projet est structuré de façon à mettre en évidence :

  • le but visé et les moyens choisis pour atteindre ce but ;
  • la démarche de projet qui a conduit au résultat tel que présenté ;
  • la dimension collaborative du projet liée au travail en équipe (2 à 3 élèves).

Tout candidat se présentant sans dossier-projet ou avec un dossier-projet non conforme à la définition de l’épreuve (quelle qu’en soit la raison) doit être considéré comme présent. La commission d’évaluation lui fait constater l’absence de dossier-projet ou sa non-conformité. La note de zéro pour cette partie de l’évaluation lui est alors attribuée. Un dossier-projet est considéré non conforme s’il n’est pas personnel ou n’est pas réalisé avec l’outil informatique, ou comporte moins de 5 pages, hors annexes.

Deuxième partie – Dialogue argumenté avec la commission d’évaluation

Durée : 12 minutes minimum                 Notée sur 12 points

La commission d’évaluation interroge le candidat sur différents aspects de son projet et sur son lien avec les compétences fixées par le programme, puis élargit ce questionnement aux autres compétences spécifiées dans le programme. Cette interrogation a notamment pour but de vérifier que le candidat s’est approprié les notions fondamentales, sait les utiliser dans un contexte particulier ou les relier aux autres enseignements scientifiques spécifiques de la série.

(source : http://eduscol.education.fr/pid26461-cid59678/presentation.html)

 

Conseils pour la mise en œuvre

du projet

Les différentes étapes à envisager :

  • Cahier des charges : objectifs du projet, fonctionnalités, moyens mis en œuvre, …
  • Recherche documentaire : bibliographie, webographie
  • Découpage en sous-projets et planning prévisionnel : répartition des tâches dans le groupe, utilisation de mindview
  • Réalisation du projet : programme, tests, analyse des erreurs, ….
  • Rédaction du dossier (prévoir plan) :
    • le but visé et les moyens choisis pour atteindre ce but ;
    • la démarche de projet qui a conduit au résultat tel que présenté ;
    • la dimension collaborative du projet liée au travail en équipe (2 à 3 élèves).
    • une conclusion (que vous a apporté ce travail)
    • En annexe, le codage proprement dit, les variables avec des noms explicites,  des commentaires, les captures d’écran (pour les tests éventuels)
  • Préparation à l’épreuve du bac
    • prévoir un diaporama qui servira de support à l’exposé

Une des difficultés du projet est de travailler en équipe.

Pour cela :

  • On commence avec un papier et un crayon. Partir immédiatement sur l’ordinateur est une erreur commune qui ne pardonne pas. Cela ne fonctionnera pas, ou alors cela donnera un programme lent, difficile à modifier, et avec un temps de développement beaucoup plus important qu’avec une réflexion initiale.
  • Stucturer en utilisant des fonctions pour chaque brique (initialiser, afficher…)
  • Définissez les variables dont vous aurez besoin, leur type, trouvez leur un nom explicite.
  • Définissez clairement ce qu’une fonction reçoit en entrée (que représente la variable, quelle est son type…), et en sortie (doit-elle avoir une sortie ?). C’est aussi important que d’écrire la fonction elle-même !
  • Ecrivez le squelette de votre programme qui ne doit comporter que des définitions de variables et de fonctions (vide!).
  • Partagez-vous les fonctions à réaliser
    • Tester et mettez au point vos fonctions individuellement
    • Mettez en commun vos fonctions dans le squelette de programme.
  • Testez et mettez au point votre programme
    • Réalisez un jeu de test pour vérifier qu’il réagit bien dans toutes les situations. Pensez au comportement aux limites !

…. autres conseils

  • Vous devez mettre en avant votre manière de résoudre le problème posé, des pistes qui selon vous amèneraient vers des solutions pertinentes, même si elles ne sont pas pleinement implémentées.
  • Il faut faire apparaître vos difficultés, vos erreurs. Elles font parties de votre démarche : présenter et expliquer pourquoi la démarche a échoué, et ce que vous proposez pour résoudre les difficultés rencontrées, qu’avez-vous appris de vos erreurs (esprit critique)
  • Pour chaque fonction implémentée, vous devez prouver qu’elle fonctionne avant d’aller plus loin. Pour cela vous devez écrire un jeu de test pertinent (cas général, cas aux limites). Il est plus pertinent de montrer que sur les 3 fonctions que vous deviez écrire, 2 fonctionnent et vous pouvez le prouver. Il restera à expliquer pourquoi la dernière ne fonctionne pas et ce qu’il faudrait faire. Arriver au contraire avec 3 fonctions écrites complètement, mais un programme qui « plante » sans savoir expliquer pourquoi, ce n’est pas très judicieux !
  • Soyez raisonnables : ne cherchez pas à faire à tout prix une jolie interface graphique pour entrer les commandes utilisateurs et afficher de belles sorties ou à faire un programme très général. Proposez une maquette de ce que pourrais être une interface pour votre programme, et seulement s’il vous reste du temps, implémentez-la.